Accueil Actu Comment le CDI Peut-il prendre fin ?

Comment le CDI Peut-il prendre fin ?

Plan de l'article

CHÔMEURS PARTIELS : L’ÉTAT LÉGAL

A lire aussi : Est-ce que je touche le chômage après un CDD ?

ET QUESTIONS SUR LA JURISPRUDENCE

( Mise à jour de la version 2 des commandes à partir du 27 mars 2020)

De nombreuses entreprises ont annoncé qu’elles recourraient au chômage partiel dans le cadre de l’épidémie de coronavirus (Covid-19)

A lire également : Quelle est la différence entre un contrat CDD et CDI ?

L’ activité partielle (communément appelée chômage partiel) est un mécanisme de maintien de l’emploi des travailleurs afin de maintenir leurs compétences lorsque l’entreprise est confrontée à des difficultés économiques.

Le ministère du Travail estime que, à la suite de la crise du coronavirus, plus de deux millions de personnes seraient touchées par ce mécanisme exceptionnel qui permettrait à une entreprise de faire face à un déclin ponctuel d’activité sans avoir à licencier ses employés.

Dans cette synthèse, nous espérions qu’un Répondant à un certain nombre de questions, expliquez les conséquences pratiques de ce dispositif sur le contrat de travail des employés concernés.

Nous avons utilisé cette option pour publier rapidement ce résumé, bien qu’il subsiste de nombreuses questions juridiques concernant les modalités définitives de gestion des travailleurs partiellement chômeurs.

Ceci en dépit du fait que les entreprises et les employés vont au-delà des questions juridiques qui restent sous certaines dispositions, doivent être confrontés aux décisions contradictoires du gouvernement, qui indiquent leur volonté d’ouvrir l’accès au chômage partiel dans une large mesure, mais en même temps déclarer que c’est à la question que toute l’économie s’arrête.

Dans ce cadre juridique et social mouvant, encore en construction pour de nombreuses questions, nous proposons une première photo de l’état de la loi sur le chômage partiel afin de voir les nombreux répondre aux questions qui nous sont posées tous les jours pendant la période extraordinaire où nous sommes.

I. Dans quelles situations l’employeur peut-il demander le recours à des activités partielles ?

L’ épidémie de coronavirus et ses règles de confinement obligeront de nombreuses entreprises à réduire leurs activités ou même à fermer leurs activités. L’activité partielle peut être utilisée en cas de réduction ou de suppression d’activité due à des circonstances exceptionnelles (article R 5122-1 du Code du travail).

Le principe reste donc celui du confinement. Les employés ne devraient pas se rendre au travail et rester à la maison. Si possible, le travail doit être effectué par télétravail.

Le 17 mars dernier sur France 2, la ministre du Travail, Mme Muriel PENICAUD, a déclaré : « Il y a un salarié sur trois dont le travail peut se faire par télétravail. J’ai demandé à toutes les entreprises de mettre en place systématiquement le télétravail. Ce n’est pas une option. Si vous êtes un employé et que votre travail peut se faire par télétravail, vous devez rester à la maison.

Les exceptions prévues par la loi sont les suivantes :

  • Activités dans un secteur majeur : agriculture, usines de transformation, ouvriers routiers, agriculture, distribution de masse, déchets (collecte et traitement), construction, nettoyage, traitement des eaux…
  • Travail dans un secteur non essentiel bénéficiant d’un droit d’ouverture accordé par le Préfet

Les employés qui travaillent dans l’un des secteurs clés et qui ne prennent pas toutes les précautions de santé sur leur lieu de travail peuvent exercer légalement leur droit de rétractation en posant une menace grave et immédiate à leur santé.

Il vaut la peine de distinguer plusieurs cas de nombres.

1. Je travaille dans une entreprise

a) Elle est obligatoirement fermée : cas d’hôtels, cafés et restaurants

Dans cette situation, mon employeur doit me mettre dans un emploi à temps partiel.

b) Il peut être ouvert (supermarché, office de tabac,…) : liste annexée à l’article 1er du règlement modifié du 14 mars 2020.

Il y a trois cas de nombres qui peuvent se produire :

  • Je travaille normalement sauf si j’ai d’autres solutions.
  • Je resterai à la maison si mes activités peuvent être faites par télétravail.
  • J’ ai un enfant de moins de 16 ans dont je dois m’occuper. Je bénéficie de l’IJSS sans aucune condition d’admissibilité et dès le premier jour de l’interruption de travail.

2. Je travaille dans une entreprise dans une industrie essentielle

  • Je dois aller travailler.
  • J’ ai un Enfant de moins de 16 ans, dont je dois prendre soin : dans ce cas, j’ai droit à l’allocation journalière de sécurité sociale (IJSS) sans conditions d’admissibilité et dès le premier jour d’absence de travail
  • Si mon activité me permet de travailler dans le télétravail. C’est pourquoi je continue à travailler normalement et à être payé par mon employeur.

3. Je travaille dans une entreprise qui ne fonctionne pas dans l’un des principaux domaines :

Il y a aussi trois hypothèses :

  • Mon employeur me place dans un emploi à temps partiel
  • Mon travail me permet de travailler dans le télétravail. Je continue donc à travailler normalement et à être payé par mon employeur
  • J’ ai un enfant de moins de 16 ans qui a besoin de soins : j’ai droit à l’allocation journalière de sécurité sociale (IJSS) sans conditions d’admissibilité et dès le premier jour d’interruption de travail. Le temps d’attente de 3 jours ne s’applique pas.

D’ un autre côté, si mon activité me permet de travailler dans le télétravail. C’est pourquoi je continue à travailler normalement et à être payé par mon employeur.

II. Qu’est-ce qu’une partie d’activité (ou chômage partiel ou chômage technique) ?

Les activités partielles sont un mécanisme qui permet aux employés de réduire ou de suspendre temporairement l’activité des employés. Pendant cette période, l’employeur verse une rémunération à l’employé qui occupe un emploi à temps partiel. L’Etat garantit à l’employeur un paiement partiel des heures de travail.

III. L’employeur peut-il réduire mon nombre d’heures travaillées ?

Les activités partielles peuvent prendre deux formes :

— La réduction du plan de travail

Il s’agit d’une réduction des heures de travail de Travailleurs partiellement chômeurs pendant les heures de travail statutaires ou les heures de travail conjointes, si cela est moins élevé.

Par exemple, les employés d’un établissement travaillent 20 heures par semaine au lieu de 35 heures et reçoivent 10 heures par semaine pour un chômage partiel.

— Suspension temporaire de l’activité

Il s’agit d’une fermeture temporaire d’un établissement, d’une partie d’un établissement, d’un département ou d’une équipe.

Par exemple, une entreprise est obligée de fermer ses activités. Tous les employés de son établissement sont donc en chômage partiel jusqu’à la réouverture de l’établissement.

IV. Quelles sont les conséquences d’un emploi partiel sur le contrat de travail ?

Si les employés occupent un poste d’activité partielle, le contrat de travail est suspendu, mais pas rompu.

Par conséquent, les travailleurs sont autorisés à travailler des heures non travaillées ou des périodes ne sont pas disponibles sur votre lieu de travail ou votre employeur et sont également conformes à leurs politiques.

V. Employés impliqués dans la division

1. J’ai un contrat à durée déterminée : puis-je bénéficier d’un chômage technique ?

Tous les employés de l’entreprise, quel que soit le type de contrat, peuvent être affectés par une action partielle (CDI, durée déterminée, saisonnière, contrat d’apprentissage, contrat de professionnalisation). Collectivement, l’entreprise doit comprendre l’ensemble de l’entité ou un groupe déterminé d’employés d’une institution ou d’une partie d’une institution, comme un service ou un atelier.

Attention : Les TDC pour des activités supplémentaires temporaires sont exclues du bénéfice du chômage partiel.

2. J’ai un paquet quotidien : puis-je obtenir de Allocation de chômage partiel ?

Les salariés journaliers ou horaires ont droit au chômage partiel par décret 2020-325 du 25 mars 2020, tout comme les autres travailleurs.

Jusqu’ à présent, ils n’étaient admissibles que si l’installation ou une partie de l’installation à laquelle ils appartiennent complètement fermée

3. Les travailleurs temporaires ont-ils droit au chômage partiel ?

Les employés d’un emploi temporaire peuvent bénéficier de la partie de l’emploi si l’institution dans laquelle ils ont été détachés place leurs employés dans un emploi partiel.

En revanche, si l’emploi du travail temporaire commence alors que l’entreprise a déjà été en partie, les travailleurs intérimaires sont exclus du régime de sous-activité.

Pendant la période de suspension de son contrat de travail, la personne à durée déterminée peut effectuer un travail avec un autre employeur. Il perd puis le bénéfice d’une compensation pour la sous – activité.

4. Je suis saisonnier, ai-je droit à temps partiel ?

Les salariés travaillant sur des contrats courts ou saisonniers bénéficient également d’un chômage partiel. Par conséquent, si un employé travaille dans une station de ski qui ferme avant l’heure, il peut bénéficier de ce programme jusqu’à la fin de son contrat de saison.

Si, à la fin de ce contrat de travail, les conditions d’accès sont remplies (y compris la durée minimale de travail), il peut s’inscrire pour recevoir des prestations de chômage en vertu des contrats perdus.

5. Je suis stagiaire chez un coiffeur fermé, j’ai droit au chômage partiel

Tous les CFA du territoire, y compris les territoires d’outre-mer, ont reçu l’instruction de cesser d’accueillir des apprentis à compter du lundi 16 mars 2020. Si le CFA met en place l’enseignement à distance, 2 autorisent Situations en accord avec l’employeur pour continuer à suivre le cycle normal du régime de remplacement :

L’ apprenti les suit de chez lui lorsqu’il dispose de l’équipement qui lui permet.

L’ apprenti les suit dans l’entreprise si les conditions le permettent et l’entreprise a la possibilité de fournir l’équipement approprié.

Si le CFA ne met pas en place l’enseignement à distance :

L’ apprenti se rend au travail et les périodes de formation au CFA seront rétablies par d’autres périodes initialement prévues dans l’entreprise.

Le stagiaire est un employé de l’entreprise et bénéficie donc des mêmes règles que les autres employés (télétravail, travail à temps partiel, garde d’enfants).

Les employés en contrat de formation ou de professionnalisation reçoivent une indemnité d’activité partiellement horaire, qui est versée par leur employeur au montant de leur rémunération antérieure.

6. Un travailleur malade peut-il être employé à temps partiel ?

L’ employé reste malade jusqu’à la fin de sa pause de travail. En ce qui concerne sa rémunération, il n’a pas plus de droits que les autres employés.

Par conséquent, son allocation salariale doit être calculée en tenant compte de l’aide partielle qu’il aurait reçue s’il avait travaillé (Cass. Soc., 2 juillet 1987, n°83-46.626). En fait, à moins qu’une disposition plus favorable ne soit prévue dans la convention collective (Cass. Soc., 7 avril 1994, no 89-42.872), le salaire à retenir est celui que l’intéressé aurait reçu s’il avait travaillé.

7. Vous devez respecter les exigences relatives à la durée de service ou être permanent pour bénéficier de cette aide à la participation à temps partiel ?

Non. Il n’y a pas de niveaux de service ou de conditions liés au type de contrat de travail (contrats, stagiaires, contrats permanents, etc.), encore des conditions relatives au temps de travail du salarié (temps partiel, plein temps), qui sont éligibles à un emploi partiel.

8. J’ai été élu au CST. Comme tous les employés, est-ce que je profite d’un travail sans partie ?

L’ employeur n’a pas la possibilité de créer un travailleur protégé (au fur et à mesure que les conditions de travail changent) et doit donc obtenir son consentement lors de l’exécution d’une action partielle (Cass. Soc., 19 janvier 2011 : n°09-43194).

En cas de refus du fonctionnaire d’être en chômage partiel, l’employeur dispose de plusieurs options :

— soit il renonce à son entrée partielle dans l’emploi et au maintien de son emploi dans des conditions antérieures,

( ii) lui verser la partie du salaire perdu du fait de la mesure de chômage partiel est ;

— ou de le rejeter en veillant au respect de la procédure spéciale et en demandant à l’inspecteur du travail une autorisation officielle.

Si l’employeur ne peut pas ou ne souhaite pas poursuivre le travail dans des conditions antérieures, il peut engager la procédure spéciale. Il doit présenter l’employé protégé à une entrevue préliminaire afin de lui expliquer les raisons de l’affectation proposée. Si ce dernier accepte définitivement l’amendement proposé, la procédure de licenciement s’achèvera là. Toutefois, si l’employeur maintient son refus, l’employeur peut passer à l’étape suivante et obtenir l’approbation de l’Inspection du travail après consultation du CST, si le mandat de l’employé l’exige (en pratique, s’il fait appel à un membre élu du CST).

En attendant la décision administrative, l’employé doit dans sa décision précédente. L’emploi reste. Si cela n’est pas possible, il doit être maintenu dans la main-d’œuvre de l’entreprise et recevoir sa rémunération (Cass. Soc., 15 décembre 2011 : n°10-20.093).

Attention : L’article 6 du règlement 2020-346 du 27 mars 2020 prévoit que l’activité partielle du travailleur protégé est requise sans que l’employeur ait à obtenir son consentement tant que tous les employés de l’entreprise, de la succursale, du service ou de l’atelier sont concernés par la intéressé est.

9. Qu’en est-il du personnel en formation ?

Les salariés qui suivent une formation pendant la période de travail à temps partiel recevront une rémunération conformément aux conditions de rémunération des travailleurs à temps partiel.

Remarque : peut bénéficier d’employés à temps partiel

  • employé par une entreprise qui n’a pas établi en France (article 9 du règlement 2020-346 du 27 mars 2020)
  • Les fonctionnaires gèrent les remontées mécaniques ou les pistes de ski (article 10 du règlement 2020-346 du 27 mars 2020)

Attention : L’article 7 du règlement 2020-346 du 27 mars 2020 permet aux travailleurs employés à domicile par des employeurs privés et des assistants de jardin d’enfants de bénéficier temporairement et exceptionnellement d’un programme d’admissibilité.

10. Les assistants de jardin d’enfants peuvent-ils bénéficier d’un chômage partiel ?

Pajemploi présente sur son site Internet quelques informations sur les modalités pratiques de mise en œuvre de la procédure de chômage partiel pour les travailleurs des jardins d’enfants employés par des particuliers

 :

  • L’ employeur déclare et paie les heures que votre assistante maternelle ou votre assistante de maternelle a effectivement pour la déclaration de travail en mars a accompli.
  • En termes d’heures programmées et non éditées, il remplit un formulaire de rémunération spécifique (accessible depuis le site Paymploi), qui indique le nombre d’heures approprié. Pajemploi l’informe du montant de la rémunération à verser à l’employé, soit 80 % du montant net des heures non traitées. Cette indemnité est incluse dans la déclaration de revenus et n’est pas assujettie à des déductions sociales.
  • L’ employé de l’employeur est remboursé pour le montant indiqué dans le formulaire de rémunération exceptionnelle. Ce montant n’est pas admissible au crédit d’impôt pour l’emploi d’un employé à la maison.
  • En plus de cette rémunération, l’employeur peut verser une surtaxe pour assurer le plein maintien de la rémunération nette de son salarié.

11. Peut-on les employés de l’employeur individuel de Allocation de chômage partiel ?

CESU présente sur son site internet (URSSAF Service) quelques informations sur les modalités pratiques de mise en œuvre de la procédure de chômage partiel pour les travailleurs à domicile employés par des particuliers :

  1. L’ employeur individuel déclare et paie les heures effectivement travaillées par l’employé pour la période d’emploi en mars.
  2. Pour les heures prévues et non éditées, il remplit un formulaire spécial de rémunération (accessible depuis le site du CESU), qui indique le nombre d’heures approprié. Le CESU doit aviser le montant de la rémunération à verser à l’employé, c’est-à-dire 80 % du montant net des heures non traitées. L’indemnité est incluse dans la déclaration de revenus et n’est assujettie à aucune déduction sociale.
  3. Le montant indiqué dans le formulaire de rémunération exceptionnelle doit être remis à chaque employeur. remboursés. Ce montant n’est pas admissible au crédit d’impôt pour l’emploi d’un employé à la maison.
  4. En plus de cette indemnité, l’employeur peut verser une rémunération supplémentaire pour ses frais afin d’assurer le plein respect de la rémunération nette de son salarié.

VI. Activité partielle et compensation

1. Quelle est la rémunération versée à l’employé ?

Pour chaque heure de travail, l’employeur doit verser aux salariés une rémunération égale à 70 % de leur rémunération horaire brute (article R 5122-18 du Code du travail).

Les surcharges partielles d’activité ne sont pas soumises à la sécurité sociale, les travailleurs bénéficient en réalité d’environ 84 % de leur salaire net.

Si, après paiement de l’allocation d’activité partielle, la rémunération du salarié est inférieure au SMIC net mensuel, l’employeur doit lui accorder une Payer une rémunération supplémentaire pour que l’employé reçoive au moins ce montant (c’est ce que l’on appelle l’indemnité mensuelle garantie aux articles L 3232-1 et suivants du code du travail pour les salariés à temps plein).

En principe, l’employeur ne peut pas être indemnisé pour ce supplément, il en assume seul la responsabilité. Toutefois, à la lumière des annonces faites par le ministre du Travail, des modifications des textes peuvent être envisagées.

Toutes ces prestations sont versées par l’employeur aux dates normales de rémunération.

2. Sur quelle base la retenue de rémunération est-elle calculée ?

Le maintien de la rémunération est la base de calcul de l’indemnité de vacances (calculée selon la règle de la paie).

La base comprend les augmentations de salaire brut et d’heures supplémentaires, les avantages de nature dont l’employé ne bénéficie plus pendant la période de son congé, les primes et autres avantages. Les suppléments salariaux s’ils ne payent pas déjà pour la période de vacances (par exemple, une prime calculée uniquement pour les heures de travail ou compenser la facilité d’emploi). En revanche, une prime accordée dans le monde entier tout au long de l’année, telle qu’une treizième prime mensuelle ou une prime de vacances, est exclue.

La rémunération est ensuite ramenée à un montant horaire sur la base du temps de travail légal ou, si cela est inférieur, du temps de travail collectif ou du montant spécifié dans le contrat de travail.

Par exemple , un salarié est une entreprise dont le temps de travail combiné est de 35 heures par semaine et dont la rémunération mensuelle de base est de 2050 € 125 € de prime de nuit.

Indemnité temporelle : (2175/€151,67) x 70 % = 10,04$ par heure travaillée.

3. Qu’arrive-t-il aux récompenses ?

Dans le contexte de la sous-activité, la tâche à déduire est la suivante : Rémunération utilisée comme base de calcul de l’indemnité de vacances payée.

  • Les primes considérées sont celles qui ont le caractère de salaire ou d’avantages accessoires pour le salaire, par exemple : panier alimentaire ou prime de transport, ancienneté, heures supplémentaires, pénalité, commission pour les vendeurs…
  • Sont exclus les récompenses qui n’ont pas le caractère de salaire ou celles liées à un événement particulier, par exemple : primes exceptionnelles, 13ème mois, incitatif…

4. Quels sont les frais de repos ?

En principe, l’employeur doit remplacer l’activité de participation :

  • Seules les heures travaillées pendant la période légale (ou si elle est inférieure, collective ou contractuelle) ; heures supplémentaires ou heures supplémentaires au chômage (c’est-à-dire les heures au-delà de la période légale ou contractuelle), sauf dans le cas de dispositions contractuelles plus favorables concernant l’emploi à temps partiel, n’ont pas besoin d’être indemnisés par l’employeur.

Si l’employeur indemnise les heures supplémentaires, l’employeur ne sera en aucun cas remboursé par l’État.

  • dans les limites d’un quota de 1000 heures par an et par employé ;
  • Y compris un quota de 100 heures si l’entreprise ferme jusqu’à 6 semaines.

Le gouvernement peut décider d’utiliser ces plafonds dans le cadre de la situation particulière liée à l’épidémie de coronavirus (article R 5122-6 du Code du travail).

5. J’ai accumulé mon salaire et mes prestations de chômage. Puis-je combiner mon allocation de chômage avec l’allocation de chômage partielle ?

La combinaison de l’allocation de chômage et de l’allocation partielle d’activité est possible, en fonction de la situation. Cela dépend de la rémunération reçue le mois dernier.

Le Code de l’assurance-chômage stipule que Les personnes qui ont été indemnisées par le service de l’emploi et qui retournent au travail peuvent toucher leur allocation chômage en plus de leur salaire en supplément.

Ces règles s’appliquent également aux travailleurs à temps partiel qui ont droit à des allocations de chômage en plus de leur allocation d’activité partielle (par exemple pour un emploi perdu antérieur).

Ce cumul entre l’allocation d’activité à temps partiel et l’allocation de chômage est effectué dans les mêmes conditions que pour les demandeurs d’emploi ayant un emploi réduit.

6. J’ai une rémunération variable. Comment mon allocation à temps partiel est-elle calculée ?

L’ allocation d’activité à temps partiel est calculée sur la même base que le congé payé (article R 5122-18 du Code du travail).

7. Je gagne le SMIC. Est-ce que le démarrage réduira ma rémunération ?

Non. Une partie La mise en service ne doit pas faire en sorte que l’employé reçoive moins que le CIM net horaire multiplié par son temps de travail habituel. Si tel est le cas, l’employeur doit compléter la rémunération de l’emploi à temps partiel par une rémunération supplémentaire afin d’atteindre ce niveau minimum de rémunération.

L’ aide à la participation est versée le jour du paiement habituel des salaires.

Il est exonéré de cotisations de sécurité sociale, mais reste soumis au CSG et au CRDS. Toutefois, ces prélèvements n’ont pas pour effet de réduire le montant cumulé de la rémunération nette d’exploitation et de la rémunération perçue en dessous du SMIC brut. Si tel était le cas, le montant de ces frais serait réduit jusqu’à ce que le SMIC brut soit garanti.

8. Quel est le schéma des heures d’équivalence ?

L’ article 1er du règlement 2020-346 du 27 mars 2020 prévoit que les travailleurs dont la durée de travail est conforme au régime d’équivalence : est déduit conformément à l’article L 3121-13, les heures équivalentes payées sont prises en compte pour le calcul de l’indemnité et de la rémunération à temps partiel.

En outre, la durée considérée comme équivalente sera à la place de la durée légale du travail.

9. Je suis à temps partiel, comment puis-je être compensé pour une start-up partielle ?

Permet aux travailleurs à temps partiel qui sont à temps partiel, à temps partiel et dont l’indemnité horaire est équivalente au SMIC de recevoir une rémunération à temps partiel au niveau du SMIC horaire. En d’autres termes, leur rémunération est égale à leur rémunération, comme c’est le cas pour les employés à temps plein rémunérés au SMIC mensuel.

En revanche, un salarié qui a reçu une rémunération inférieure à la SMIC horaire recevra une rémunération équivalente dans le cas d’un emploi partiel, c’est-à-dire inférieure au SMIC horaire.

VII. Activité partielle et congés payés

L’ article 1er du règlement 2020-323 du 25 mars 2020 relatif aux mesures d’urgence relatives aux congés payés, aux heures de travail et aux jours de repos prévoit des mesures ayant une incidence sur les congés.

Le principe est que l’entreprise ou le contrat de succursale :

  • habiliter les employeurs à imposer des congés avec salaire
  • changer les dates d’un congé déjà donné
  • diviser les congés payés partagés sans obtenir le consentement de l’employé
  • suspendre temporairement le droit de congé simultané des conjoints ou partenaires liés par un pacte de solidarité civile (PACS) dans la même entreprise, ce qui lui permet si un seul des deux conjoints est indispensable pour la société ou si l’un des deux conjoints épuise ses droits de congé, sépare le départ dates en vacances.

Nombre de jours CP réglables : maximum 6 jours ouvrables

Notifier l’heure au moins 1 jour

Durée du CP concerné : les congés payés qui peuvent être imposés ou modifiés sont ceux de la période de pêche en cours.

Toutefois, l’article 1 du Règlement s’applique également à ceux qui sont en cours d’acquisition et doivent être déterminés au cours de la prochaine période d’ouverture des PC (à partir du 1er mai 2020), de sorte qu’il n’est plus nécessaire d’obtenir le consentement du salarié sur la distribution de ses PC.

Date limite  : L’employeur peut fixer ou modifier la date des PC au plus tard le 31 décembre 2020.

Par conséquent, une succursale ou une convention tarifaire d’entreprise peut autoriser l’employeur à demander aux employés de prendre 6 jours ouvrables de congés payés pendant la période de confinement ou jusqu’aux dates d’un modifier le congé dans un délai de 6 jours ouvrables sans respecter le délai de préavis d’un mois (ou le délai prévu par une entreprise ou une succursale). Toutefois, cette période ne peut pas être inférieure à un jour de congé.

Il découle de l’article 1, que l’employeur peut imposer des jours de congé ou modifier les données sur les employés, à condition que :

  • un accord de société ou, dans le cas contraire, l’autorise à le faire ;
  • respecter la limite de 6 jours ;
  • La période de repos imposée ou modifiée ne s’étend pas au-delà du 31 décembre 2020.
  • pour maintenir une période d’avertissement d’au moins un jour clair.

Par conséquent, l’employeur ne peut pas agir unilatéralement, mais par la négociation collective.

1. L’employeur peut-il imposer un congé payé à son employé avant de le placer en partie ?

Il il n’y a pas d’obligation pour l’employeur de payer un congé payé d’abord avant de demander le bénéfice de l’emploi à temps partiel.

Il est possible d’imposer un congé payé aux employés, mais avec un délai raisonnable.

Le Code du travail prévoit que l’employeur doit informer chaque employé de sa date de départ au moins un mois à l’avance. En moins d’un mois, il semble impossible pour l’employeur d’exiger le départ de l’employé parce que le délai est trop court.

D’ autre part, les vacances déjà transférées peuvent être déplacées par l’employeur. Le Code du travail prévoit également une période d’un mois avant la date prévue de départ, sauf dans des cas exceptionnels (article L.3141-16 du Code du travail). Si l’activité partielle en tant que telle n’est pas une circonstance exceptionnelle, l’endiguement dû à l’épidémie imminente pourrait l’être aux yeux des juges.

2. Can l’employeur impose des TCR à son employé ?

Les conventions collectives prévoient parfois que l’employeur a certains jours de RTT.

Par exemple, la moitié des TCR peuvent être déposés par l’employeur, dans un délai de préavis de plusieurs jours.

Si un tel accord est en vigueur dans l’entreprise, l’employeur peut l’appliquer pour imposer la prise de RTT.

3. Le travailleur qui est en congé payé au moment du début de l’activité partielle a-t-il son congé ?

Si les congés payés ont commencé, ils devront aller jusqu’à leur fin prévue. L’employé sera partiellement employé à la fin de son congé

4. Est-ce que je reçois encore un congé payé pendant mon chômage partiel ?

Oui, l’activité à temps partiel n’a aucune influence sur l’acquisition des droits à un congé payé.

5. Comme l’employé est-il rémunéré en congé payé pendant l’activité partielle ?

Le congé salarial est calculé en choisissant la méthode de calcul la plus favorable entre la dixième règle (un dixième de la rémunération brute totale perçue au cours de la période de référence) et le maintien du salaire (qui aurait été encouru si l’employé continuait à travailler).

Si le salarié prend un congé au moment d’un horaire réduit, l’indemnité de vacances payée doit être calculée sur la base de l’indemnité ordinaire perçue pendant les heures de travail et non sur la rémunération réduite liée à l’activité à temps partiel (décision de la CJCE du 13 décembre 2018).

Il peut donc être plus avantageux pour le salarié d’être en congé payé pendant l’activité partielle, car il est mieux rémunéré.

VIII. Mener des activités partielles

1. Qu’est-ce que avec la consultation préalable du CES ?

En principe, le CES doit être consulté dans les entreprises comptant au moins 50 salariés avant la création de la sous-activité ; la notification doit être communiquée à l’administration lors de la demande d’autorisation.

Il est prévu que, à la suite des mesures d’urgence liées à l’épidémie de coronavirus, cette consultation, rendue impossible en raison notamment de l’interdiction de se réunir, aura lieu ex post facto.

En revanche, le CES doit être informé de la décision de l’administration d’accepter ou de refuser le recours à l’opération.

2. Qu’est-ce que l’employé est censé faire ?

C’ est l’employeur qui confisque la demande d’activité à temps partiel en ligne sur le site dédié selon la procédure suivante :

Le nouveau décret (décret 2020-325 du 25 mars 2020 sur la participation) prévoit une réduction des délais d’enquête et une procédure simplifiée. L’employeur dispose d’un délai de 30 jours à compter de la date à laquelle il embauche partiellement ses employés pour soumettre sa demande en ligne, rétroactivement.

Par exemple, si l’employeur a placé les employés dans un emploi partiel le 20 mars 2020, l’employeur peut postuler jusqu’au 20 avril 2020.

Les services de l’État (DIRECTCE) répondent dans les 48 heures. L’absence de réponse dans les 48 heures est une décision qui doit être d’accord.

L’ avis de la commission des affaires sociales et des affaires économiques (CES), qui doit en principe intervenir avant l’utilisation d’activités partielles, peut être émis après le placement des travailleurs à temps partiel et peut être envoyé dans un délai de deux mois à compter de la demande de travail à temps partiel.

L’ autorisation pour une activité partielle peut être accordée pour un maximum de 12 mois (au lieu de 6 mois).

Par exemple, si le Les employeurs qui demandent un emploi partiel le 15 juin 2020, l’approbation peut être accordée jusqu’au 15 juin 2021.

IX.

Questions différentes

1. Je suis techniquement au chômage, puis-je travailler ailleurs ?

Une activité partielle n’entraîne pas une rupture ou une modification de votre contrat de travail, mais une seule suspension.

Cela signifie que l’employé reste lié à son employeur.

Si, en principe, l’employé ne l’empêche pas de travailler pour une autre entreprise pendant les heures de travail, il doit respecter un principe de loyauté envers son employeur, qui découle de l’article L1222-1 du Code du travail. Plus précisément, cela signifie que vous devrez informer votre employeur si vous commencez une autre activité au cours de cette période, en indiquant le nom de l’employeur et les heures de travail estimées ( bien sûr, les restrictions de voyage qui découlent de l’épidémie).

Vous ne pouvez pas travailler pour un concurrent si votre contrat de travail comporte une clause non concurrentielle.

Il est donc plus qu’essentiel d’avoir votre contrat de travail afin d’éviter un litige avec votre employeur.

Si le salarié travaille dans une partie de l’activité dans une autre entreprise, il reçoit une rémunération pour l’activité partielle et une rémunération par rapport à l’autre lieu de travail.

2. Je suis un employé. Puis-je refuser le chômage partiel ?

Non, la situation de la partie activité ne constitue pas une modification du contrat de travail, mais une modification des conditions de travail. Par conséquent, l’employé qui est placé dans ce poste ne peut pas refuser de réduire l’activité ou la rémunération liée à l’activité partielle.

Refus d’un employé à se soumettre à sa formation partielle peut être considérée comme une faute de l’employé.

3. Combien de temps l’activité peut-elle prendre en compte ?

Selon le Code du travail, un permis d’activité partiel peut être délivré pour une période maximale de 6 mois. Il peut ensuite être prolongé de 6 mois (soit un total de 12 mois).

En cas d’apparition d’un foyer de coronavirus, l’autorisation accordée par DIRECT à la demande de l’entreprise est valable au moins pendant la période de confinement.

4. Le chômage partiel a-t-il une incidence sur la répartition de la participation aux bénéfices et de la participation aux bénéfices ?

Non, la sous-activité n’a aucune incidence sur les règles relatives à la répartition des intérêts.

D’ autre part, l’activité économique de l’entreprise et donc ses résultats risquent d’être affectés négativement par la crise actuelle.

L’ article 2 de la Le règlement 2020-322 du 25 mars 2020 (adaptation temporaire des conditions d’octroi de la rémunération supplémentaire conformément à l’article L 1226-1 du code du travail et modifiant les délais et procédures de paiement des sommes versées au titre des intérêts et de la participation, doit être adaptée aux délais pour le paiement des sommes dues en : en ce qui concerne les intérêts et la participation à.

Par conséquent, avant le 1er jour du 6e mois suivant la fin de l’exercice, les montants résultant de la participation et des intérêts doivent être versés aux bénéficiaires ou imputés sur un compte courant gelé, sous peine de retard.

Par conséquent, ces montants devraient être versés avant le 1er juin 2020 pour les sociétés dont l’exercice comptable correspond à l’année civile. Le règlement reporte exceptionnellement ce délai au 31 décembre 2020 afin de permettre l’épargne permettant d’autoriser les salaires et les sociétés auxquelles elles sont déléguées ne doivent pas : être punis par les circonstances exceptionnelles associées à l’épidémie.

ARTICLES LIÉS