Accueil RH Comment lutter contre le favoritisme en entreprise ?

Comment lutter contre le favoritisme en entreprise ?

Favoritisme dans les affaires : l’art de créer des conflits Est-ce que vous tolérez les déviations de comportement d’un membre de la famille dans l’entreprise familiale ? Avez-vous déjà été témoin d’un passe-temps avec le « fils du patron » ? Avez-vous la tolérance à l’égard de la mauvaise performance d’un membre de la famille ? Le favoritisme des affaires avec un membre de la famille peut entraîner des problèmes majeurs au sein d’une entreprise.

Pendant plusieurs décennies, la plupart des entreprises agricoles étaient composées principalement de membres de la famille ou du couple ou de parents ayant un ou quelques enfants. Aujourd’hui, les entreprises prennent de plus en plus de main d’œuvre extérieure. Il est donc essentiel d’établir des règles claires pour tous les membres. Si les règles d’exploitation sont perçues comme absentes, incohérentes, injustes ou injustes, les tensions seront plus fréquentes au sein de l’entreprise.

Favoritisme : deux mesures, deux mesures

Trop souvent, certains comportements ou problèmes de performance sont tolérés lorsqu’ils proviennent de l’un des membres de lafamille. Par exemple, le fils (employé ou actionnaire) se permet d’arriver beaucoup plus tard. Il dépense des dépenses personnelles sur le compte de l’entreprise. Parfois, il prend plusieurs vacances imprévues. Il crie sur le personnel. Certains auront même un retour inacceptable ou recevront un traitement très injuste de la part d’un ou de plusieurs propriétaires. Considéré népotisme, cette attitude de favoritisme est caractérisée par les faveurs qu’une personne au pouvoir donne à sa famille ou à ses amis. Ces faveurs sont accordées sans tenir compte du mérite, de l’équité, de la capacité, de la capacité ou du rendement.

A découvrir également : Erreur sur mon bulletin de paie : quels sont les recours ?

Quelles sont les causes du favoritisme des entreprises ?

Parmi lesquels expliquer ce phénomène sont la peur de perdre l’employé. Si la succession ou le partenaire sont confrontés à certains problèmes, on craint qu’ils ne partent. Le déni des parents, le manque de communication au sujet des attentes de l’autre ou le manque de réunions pour définir les règles et les procéduresde l’organisation peut également être des causes. Dans certains cas, des problèmes de santé mentale tolérables non identifiés ou non traités, tels que le TDAH, la dépression, l’anxiété ou la toxicomanie, affectent cette attitude de laissez-faire.

Articles recommandés : 5 causes de conflit dans l’entreprise familiale.

A lire également : En arrêt longue maladie, puis-je bénéficier du maintien de salaire ?

Les PME familiales : les deux sources de rivalité qui ont conduit au conflit.

Favoritisme et ses revers

Quelles sont les conséquences de cette injustice ?

En plus de générer un climat de travail très malsain, prendre soin d’une entreprise familiale affecte la productivité et la motivation de tous les membres. En outre, il influence la crédibilité des patrons. Cette attitude de lâcher prise contamine le groupe et va bien au-delà des employés. Il provoque souvent des zizanie parmi les autres membres de la succession ainsi que d’autres membres de la famille, bien qu’ils ne travaillent pas dans l’organisation. En outre, un étranger peut également être réticent à travaillerpour l’entreprise. Il n’y a pas de progrès pour ceux qui sont compétents, il n’y a que des enfants gâtés. » Le favoritisme des entreprises est un problème très grave qui doit être discuté entre les membres de l’organisation.

Un salaire est gagné

Une masse salariale doit être gagnée et non pas simplement déposée sur un compte bancaire parce que certains ont la chance d’être le fils ou la petite-fille du patron. Comme ailleurs, chaque individu doit respecter l’éthique du travail, ses obligations, ses règles et posséder les compétences nécessaires pour maintenir son poste. Ce n’est pas non plus un service pour la personne ayant des passe-temps, la famille ou l’entreprise d’accepter ces fautes. Enfin, tout emploi dans une entreprise familiale n’est pas un droit de passage, mais un droit mérité.

À propos de l’auteur

Pierrette Desrosiers est psychologue du travail, conférencière, formatrice et coach d’affaires depuis plus de 20 ans. ESTspécialisée dans les entreprises familiales.

Dans son magasin, il propose des outils pour développer l’intelligence émotionnelle pour les particuliers ou les entreprises.

Pour vous abonner à la newsletter, inscrivez vos informations.

À propos de l’auteur Abonnez-vous

Pierrette Desrosiers est psychologue du travail, conférencière, formatrice et coach d’affaires depuis plus de 20 ans. Elle est spécialiste des affaires familiales et est la première psychologue à travailler avec des fermes au Canada. Ses interventions sont basées sur les dernières recherches en neuroleadership, psychologie du succès, psychologie de la motivation, psychologie des entrepreneurs, psychologie positive et intelligence émotionnelle.

Dans son magasin, il propose des outils pour le développement de l’intelligence émotionnelle pour les particuliers ou les entreprises.

Pour vous abonner à votre Newsletter,saisissez vos coordonnées.

Abonnez-vous

Articles Similaires